Vers les étoiles

Mary Robinette Kowal

En 1952, une météorite s’écrase aux alentours de Washington, détruisant la côté Est des Etats-Unis. Si des milliers d’habitants ont été tués, le plus dur est encore à venir : le climat de la Terre va se modifier jusqu’à ce que la planète bleue ne soit plus habitable. Elma et Nathanaël York, mathématicienne et ingénieur, échappent de justesse à la catastrophe et vont jouer un rôle crucial dans la mission permettant de sauver l’humanité.
J’avais déjà lu une courte nouvelle de Lady Astronaut of Mars en anglais qui se situe dans un futur lointain et j’étais impatiente de retrouver Elma York. On retourne donc dans les années 50, aux Etats-Unis, où il n’est pas facile d’être une femme, ni juive, noire ou asiatique (et aujourd’hui ?). Au sortir de la seconde guerre mondiale, la judéité du couple est un élément important, les discriminitions sont difficiles à combattre. Elma travaille en tant que calculatrice à la NACA (l’ancêtre NASA) et en tant qu’ancienne pilote des WASP pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle se retrouve vite sur le devant de la scène pour prôner l’intégration de femmes dans le programme spatial. Je ne m’attendais pas à cette époque mais finalement, elle est très captivante à suivre avec la chute de la météorite qui va faire accélérer la recherche spatiale. La narration par Elma York est pertinente en tant que femme faisant partie de la NACA, avec un mari, ingénieur spatial. le ton est cependant léger par moments avec les plaisanteries entre femmes ou les moments coquins entre les époux.
J’avais lu Combien de pas jusqu’à la lune de Carole Trébor, une biographie de Katherine Johnson, une femme américaine noire calculatrice. J’aime découvrir ces vies de femmes qui se sont battues pour avoir des droits. Je note d’ailleurs les références que l’auteur donne en fin de roman sur ce même sujet. Cette dystopie sur la conquête spatiale est par ailleurs bien documentée, qu’il s’agisse des calculs de trajectoire de fusée ou des conditions particulières de recrutement.
L’ ayant écouter en version audio, j’ai beaucoup apprécié la voix de Clémentine Domptail qui interprète la voix d’Elma York. Je trouve qu’elle avait ce qu’il faut de fermeté ou d’hésitation quand il fallait. Les autres voix faites par la lectrice sont bien imitées également.
Je ne manquerai pas de lire la suite des aventures de « Lady Astronaut », je suis curieuse de savoir ce qu’elle va devenir.

Amandine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :