La Rivière à l’Envers

Jean-Claude Mourlevat

Genre : voyage, amitié

Tomes : 2

Tomek, une jeune garçon, tient une épicerie où on peut tout trouver sauf peut-être ce que demande sa cliente d’un jour, Hannah, de l’eau de la rivière Qujar. Tomek est intrigué par le désir de cette fille et essaie d’en savoir plus auprès du vieil Icham. C’est le début pour lui d’une longue aventure.

Dans le second tome, c’est Hannah qui raconte son histoire à Tomek.

Mon avis:

C’est une amie qui m’a offert la version intégrale pour mon anniversaire. J’ai aimé ce livre parce qu’on voyage beaucoup avec Tomek et Hannah, font plein de rencontres et vivent plein d’aventures. C’est à la fois, joyeux et triste, je l’ai dévoré ! Je le conseille pour tous ceux qui aiment l’aventure.

Noémie

Les survivants

Alex Schulman

En Suède, trois frères, Niels, Benjamin et Pierre, se retrouvent pour disperser les cendres de leur mère. L’occasion pour Benjamin, le cadet de la fratrie de repenser à leur enfance. Ensemble, ils ont connu de bons moments mais aussi des plus difficiles.
J’aime beaucoup les histoires de famille… Découvrir les sensibilités de chacun, des souvenirs marquants, j’ai l’impression pendant quelques moments d’en faire partir moi aussi. On alterne le présent avec la mort récente de la mère, les trois frères qui se retrouvent, et un passé tumultueux. Les frères semblent délaissés dans leur enfance, on voit parfois leur père qui les encourage ou leur mère qui parait un peu sèche avec eux. Au début, l’ainé a 13 ans et le dernier, 7. Ils partagent beaucoup de choses ensemble et on sent que Benjamin très sensible à ses souvenirs. C’est une intrigue qui se déroule très tranquillement, en prenant le temps de connaitre chacun des frères et les parents. J’ai juste eu du mal à situer chaque moment quand on s’éloigne des premiers instants et ça m’a parfois un peu déroutée. On sent un drame sous-jacent mais il m’a bien surpris quand il arrive… un roman assez fort par sa construction et son dénouement. Bouleversant.
J’ai beaucoup aimé la voix de Mathieu Buscatto très posée qui rendait bien les pensées de Benjamin, de l’extérieur.

Amandine

La cabane à 13 étages

Andy Griffiths 🆎 – Terry Denton ✏

Genre : Humour et fantasy

10 tomes : avec 13, 26, 39, 52, 65, 78, 91, 104, 117 et 130

Andy et Terry vivent dans une cabane établie dans un arbre. Elle a treize étages dont un avec bassin de requins mangeurs d’hommes, un autre avec une piscine transparente et même un étage avec une fontaine de limonade ! Andy écrit des livres et Terry les illustre. Leur amie Jill vit dans une petite maison de l’autre coté de la fôret avec trois chevaux, un âne, un chameau, une vache, une chèvre, un chien, deux cochons d’inde, six lapins et quatre poissons rouges. Les deux amis vivent des aventures hors du commun avec des créatures fantastiques comme des singes de mer.

« Mais ce n’est pas possible, personne n’écrit de meilleurs livres que vous ! »

Jill

Il y a beaucoup de dessins truffés de petites annotations pleines d’humour. Terry, le dessinateur, est beaucoup moins sérieux qu’Andy mais ils se complètent assez bien. A la fin de chaque volume, les deux auteurs envoient leur livre d’une façon particulière à M. Gros Nez, l’éditeur. Dans le deuxième tome, les personnages font comme s’ils étaients DANS le livre, ce qu’on arrive plus ou moins à démêler. Dans le quatrième, on a quelques références littéraires (la chenille qui fait des trous entre autres…). On ne peut pas dire qu’ils manquent d’idées !

Trois personnes ici sont séduites par les péripéties d’Andy et Terry. Pour tous ceux qui aiment les aventures, le n’importe quoi et rigoler.

Mathias, Noémie et Amandine

L’homme qui rit

Victor Hugo

Gwynplaine est abandonné par des comprachicos un soir, alors qu’il a une dizaine d’années. Après avoir sauvé la petite Déa du froid, ils se font receuillir par Ursus et Homo, respectivement homme et loup. Gwynplaine devient une bête de foire, jusqu’au jour où la police vient le chercher pour lui révéler son identité.

J’ai beaucoup apprécié le style d’écriture de ce livre, surtout dans les deux chapitres préliminaires. Le suspens est interéssant au moment où le weapontake (policier) vient chercher Gwynplaine. Le lecteur est rassuré quand il trouve où se réfugier au début du livre. Malgré cela, j’ai regretté certains éléments, comme le saut de 15 ans dans l’histoire et la fin. On s’amuse à constituer les liens généalogiques entre les différents personnages, qu’on ignorait auparavant. Avec ce livre, Victor Hugo fait une morale critiquant les nobles.

Mathias

Le mystère des grottes oubliés

Hans Baumann

Jacques, Simon, Marcel et Georges se promenaient sur la colline de Lascaux avec leur chien Robot, quand il disparut. Après quelques recherches, Simon trouva une ouverture dans le sol, et en y entrant, ils découvrirent leur chien dans une… grotte. Quelques jours après, ils vont voir M. Laval, leur professeur, qui invite lui-même l’abbé Henri Breuil, qui va leur raconter à la lueur de la torche les premières peintures pariétales découvertes dans la grotte d’Altamira en Espagne, celle des Trois Frères et du Trou des Chats en France et leur raconte comment vivaient les hommes des cavernes.

J’ai bien aimé ce livre. Au cours des pages, des images de peintures de Lascaux et d’autres grottes sont exposés, en rapport avec le texte, et au début du livre, il y a une carte montrant les différentes grottes et les différents couloirs de la grotte. Près de la moitié du livre traite de la grotte d’Altamira, où l’Abbé raconte comment les peintures ont étés découvertes et qu’elles ont eu du mal à se faire accepter dans la communauté des scientifiques (parfois on se demande si le livre n’est pas porté sur Altamira 😉 ). Ensuite, l’Abbé nous raconte bien en détail la vie des chasseurs préhistoriques et ce qu’étaient réellement les grottes pour eux.

PS : Le livre a été publié en 1953, certaines explications scientifiques peuvent ne plus être à jour.

Ce livre peut se trouver d’occasion.

Mathias

Où vivaient les gens heureux

Joyce Maynard

Eleanor assiste au mariage de son ainé, Al, elle revoit ses enfants, sa petite-fille. Elle voit aussi le grand frène brisé par l’orage et elle se souvient de son enfance auprès de parents absents et son envie d’avoir sa famille avec Cam, ce grand homme roux qu’elle a aimé dès qu’elle l’a aperçu. Les années passent, la famille s’agrandit, les bons moments s’additionnent jusqu’à l’horrible accident…
Un roman magistral ! J’ai beaucoup aimé la narration à travers Eleanor même si j’ai retrouvé quelques éléments de construction identiques au roman que j’ai lu de Joyce Maynard précédemment, De si bons amis : regard sur un passé depuis un présent apaisé, des parents absents, recherche sur des sites de rencontres… Ca ne m’a pas vraiment génée, peut-être est-ce une partie de sa vie qu’elle a partagé avec ses personnages ? L’histoire d’un couple, d’une famille, des amis au fil des ans, ses moments forts qui restent gravés en nous. Une histoire qui peut résonner en chacun de nous dans notre vie personnelle. Je me suis attachée à Eleanor, ses joies comme ses peines. J’ai été consternée par certaines de ses décisions ou par les réactions de ses enfants… Une recherche du bonheur tout au long des années qui prend le temps d’arriver à la conclusion (sans en être vraiment une, laissons vivre nos personnages…) A travers sa vie, on voit aussi certains évenements importants qui ont marqué notre existence : le mariage du prince Charles et de LadyDi, la mort de l’astronaute Christa McAuliffe, l’arrivée du sida…
Je n’ai quitté qu’à regret ces gens. Un beau portrait de femme mais aussi un roman très émouvant sur la famille, l’amour et le pardon.

Amandine

De si bons amis

Joyce Maynard

Helen McCabe n’a pas vraiment le moral quand elle renconte Ava et Swift Havilland : elle suit les réunions des Alcooliques Anonymes et essaie d’obtenir la garde de son fils, Ollie, suite à son divorce avec son ex-mari, Dwight. Elle partage de bons moments avec eux et Ava lui donne des missions de photographe qui lui permet de gagner mieux sa vie. Mais peu à peu, elle se rend compte que son couple d’amis n’est aussi aimable qu’ils le prétendent.

J’avais déjà lu L’homme de la montagne de la même auteur et j’avais beaucoup aimé. L’histoire est très différente, cependant, comme dans ce dernier, on sent la tension monter et le malaise transpire rapidement. Ava et Swift sont bons avec elle mais on sent derrière leur gentillesse, comme quelque chose prêt à éclater. En parallèle, la relation entre Helen et son fils, Ollie, évolue. Entre ses deux amis et son fils, sa relation amoureuse a du mal à prendre sa place. L’auteur prend son temps pour monter le décor, faire grandir les relations. Joyce Maynard fait doucement grandir une ambiance malsaine avec un certain talent (quelques maladresses quand même dans sa relation avec Eliot). J’aime beaucoup son style, une auteure que je relirai avec plaisir !

Amandine

La famille Potofeu

Paul Beaupère

Illustré par Serge Bloch

3 tomes

La famille Potofeu habite dans les Vosges. Quand le père décide d’ouvrir un restaurant à Paris, ils déménagent pour s’y installer et ouvrir La truffe des Vosges. Mais la mère ignore que son mari et ses enfants font partie de la LCDL (La Confrérie des Listes), une mystérieuse association qui réalisent les rêves de tout le monde.

J’ai adoré, il y a de l’aventure, de l’humour, de la cuisine et des bons plats (on est dans un restaurant !). Mon personnage préféré est Yvan, le benjamin de la famille et le narrateur principal de l’histoire. Je me suis beaucoup amusée à lire cette série, il y a un sanglier domestique, pas mal de bêtises… et les listes ! Elles sont très drôles : liste des choses à faire avant de mourir, liste pour dresser son chien… Une série pour ceux qui aiment rire !

Noémie

Stabat Murder

Sylvie Allouche

Genre : Polar Thriller

Sacha, Matthis, Mia et Valentin sont quatre jeunes pianistes au CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique). Un soir ils ne rentrent pas et manquent à l’appel le lendemain. La commissaire Clara Di Lazio va se faire affecter à cette affaire. Quand elle entend les parents se plaindre que leur fils n’est pas arrivé à la maison quelques heures après le moment prévu, elle ne croit pas à un kidnapping, mais le lendemain ils ne sont pas rentrés non plus. Et la mère de Mia n’est pas du tout impliquée. Les jeunes sont enfermés dans le cube, dans le noir total avec de la nourriture droguée. La demande de rançon arrive. Vont-ils pouvoir coincer les ravisseurs ?

J’ai bien aimé ce livre. Le manque d’indices fait peur. Et quand la demande de rançon arrive, les parents sont affolés, la commissaire essaye de les rassurer. Les policiers essayeront de tendre un piège. Ce sera un long moment de suspens où il sera impossible de lâcher le livre. On tombe parfois sur des fausses pistes qui ne sont rejetés qu’à la fin. A la fin, les amis vont se séparer.

Sylvie Allouche sera présente aux quais du polar 2022 le 1er Avril à partir de 16h.

Retrouvez des aventures de la commissaire Clara di Lazio avec Snap Killer et Serial Tatoo de la même auteure, et Go fast, Go slow qui sortira le 7 Avril 2022.

1984

George Orwell

GUERRE EST PAIX. LIBERTÉ EST SERVITUDE. IGNORANCE EST PUISSANCE. Telle est la devise du Sociang, le Parti qui est au pouvoir en Océanie (un super État qui regroupe l’Australie, les Amériques, les îles du Pacifique et de l’Atlantique et le Grande-Bretagne). Dans un monde ou les humains n’ont d’amour que pour Big Brother et de haine pour tout le reste du monde, Winston – dont le travail consiste à réécrire le passé – va conspirer contre le parti en s’engageant dans la Fraternité. Il va lui arriver une aventure pleine de suspens où il fera la rencontre de Julia, une ennemie du Parti elle aussi.

J’ai aimé ce livre car on décortique l’intérieur d’un régime le plus totalitaire qui soit. On peut voir les armes que le Parti met en place (le néoparler, les télécrans, le doublepenser, la guerre continue…) pour perdurer. Winston va rencontrer O’Brien, un personnage énigmatique aux multiples facettes. A la fin, Winston aura changé. Beaucoup changé.

Nouvelle traduction 2018 de Josée Kamoun disponible chez Gallimard Folio. Les mots proposés suivent une autre traduction, comme Néoparler à la place de Novlangue.

Mathias

%d blogueurs aiment cette page :