Vers les étoiles

Mary Robinette Kowal

En 1952, une météorite s’écrase aux alentours de Washington, détruisant la côté Est des Etats-Unis. Si des milliers d’habitants ont été tués, le plus dur est encore à venir : le climat de la Terre va se modifier jusqu’à ce que la planète bleue ne soit plus habitable. Elma et Nathanaël York, mathématicienne et ingénieur, échappent de justesse à la catastrophe et vont jouer un rôle crucial dans la mission permettant de sauver l’humanité.
J’avais déjà lu une courte nouvelle de Lady Astronaut of Mars en anglais qui se situe dans un futur lointain et j’étais impatiente de retrouver Elma York. On retourne donc dans les années 50, aux Etats-Unis, où il n’est pas facile d’être une femme, ni juive, noire ou asiatique (et aujourd’hui ?). Au sortir de la seconde guerre mondiale, la judéité du couple est un élément important, les discriminitions sont difficiles à combattre. Elma travaille en tant que calculatrice à la NACA (l’ancêtre NASA) et en tant qu’ancienne pilote des WASP pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle se retrouve vite sur le devant de la scène pour prôner l’intégration de femmes dans le programme spatial. Je ne m’attendais pas à cette époque mais finalement, elle est très captivante à suivre avec la chute de la météorite qui va faire accélérer la recherche spatiale. La narration par Elma York est pertinente en tant que femme faisant partie de la NACA, avec un mari, ingénieur spatial. le ton est cependant léger par moments avec les plaisanteries entre femmes ou les moments coquins entre les époux.
J’avais lu Combien de pas jusqu’à la lune de Carole Trébor, une biographie de Katherine Johnson, une femme américaine noire calculatrice. J’aime découvrir ces vies de femmes qui se sont battues pour avoir des droits. Je note d’ailleurs les références que l’auteur donne en fin de roman sur ce même sujet. Cette dystopie sur la conquête spatiale est par ailleurs bien documentée, qu’il s’agisse des calculs de trajectoire de fusée ou des conditions particulières de recrutement.
L’ ayant écouter en version audio, j’ai beaucoup apprécié la voix de Clémentine Domptail qui interprète la voix d’Elma York. Je trouve qu’elle avait ce qu’il faut de fermeté ou d’hésitation quand il fallait. Les autres voix faites par la lectrice sont bien imitées également.
Je ne manquerai pas de lire la suite des aventures de « Lady Astronaut », je suis curieuse de savoir ce qu’elle va devenir.

Amandine

Virus L. I. V. 3

Ou la mort des livres

Christian Grenier

Genre : SF/Fantastique

Dans un futur…

Allis se branche comme tous les soirs sur le web pour chatter avec son amie Mondaye, qu’elle a rencontrée par hasard l’été dernier, quand soudain trois membres de l’AIEOU frappent à sa porte. Elle a été admise à l’Académie qui gouverne l’Europe pour le succès de son dernier livre Des Livres et nous. En effet, dans cette Europe inattendue, des auteurs gouvernent le pays et toutes les nouvelles technologies sont exclues par la loi!

Ils se rendent à la TGB (la Très Grande Bibliothèque) pour la session nocturne de l’Académie, mais auparavant ils lui font découvrir le virus L. I. V. 3: ce virus qui plonge le lecteur dans une Lecture Interactive Virtuelle efface les mots des livres au fur et à mesure de leur lecture. Allis va être envoyée en mission pour chercher quels Zappeurs ont mis au point ce virus, et s’il existe un antidote. Emma, la députée principale lui demande également de retrouver son fils disparu…

Cette idée que les livres soient mis en avant par rapport aux technologies, contrairement à nos jours, m’a beaucoup plu, mais la mais la situation se révèle un peu tyrannique : avoir un ordinateur est très mal vu et il y a une heure de lecture imposée. Il y a une opposition entre les Lettrés, ceux qui lisent et détiennent le pouvoir, et les Zappeurs, ceux qui utilisent les ordinateurs.

J’ai beaucoup aimé cette histoire même si la fin est un peu idyllique.

Mathias.

Petit Pays

Gaël Faye

Je ne lis pas beaucoup en ce moment. Le boulot, les enfants, les travaux dans la maison, je manque de disponibilité. J’ai mis longtemps à lire Petit Pays, alors que c’est un petit bouquin, et j’ai mis longtemps à écrire ces mots, alors que c’est un grand roman.

Gaël Faye y raconte son enfance, à peine déguisée : le héros s’appelle Gabriel, comme lui, il est le fils d’un père français parti se balader un peu loin sur son vélo (écouter « Pili pili sur un croissant au beurre ») et d’une mère rwandaise tutsi exilée au Burundi (écouter beaucoup d’autres de ses chansons). Le temps de son enfance tout à fait joyeuse et insouciante au Burundi est un peu laborieux à lire : l’écriture très descriptive dilue souvent le récit sous la précision des lieux, des arbres, des rues, ou des sensations, des odeurs et des bruits, avec une acuité qui force le naturel. Les faits et les personnages passent parfois au second plan, et malgré des chapitres courts concentrés sur un épisode, j’ai eu un peu de mal à suivre ce gamin et sa bande au fond de leur impasse.

La suite est douloureuse. Pour le coup, Gaël Faye nous fait basculer avec lui enfant dans la tension, puis la violence inouïe qui déchirent le Rwanda et par ricochet le Burundi, et ça prend aux tripes. C’est douloureux, c’est marquant, et c’est nécessaire, parce que ça met des visages, de la chair, une réalité portée par ces personnages, ces enfants, ces femmes, ces hommes, sur le peu que je connaissais du génocide des Tutsis.

Je suis resté frappé, marqué par cette émotion puissante, par ce témoignage intime de l’infinie violence des hommes, qui a ravagé ces petits pays. Et pour ça, malgré la grande tristesse qu’il contient et qu’il transmet, je suis heureux d’avoir lu ce livre.

Thomas

La bibliothèque de minuit

Matt Haig

Nora Seeds, trente-cinq ans vient de passer une sale journée. Mais le mal est plus profond et elle souhaite mettre fin à ses jours mais elle se retrouve alors dans La bibliothèque de minuit avec l’ancienne bibliothécaire de son lycée qui lui propose de choisir une vie où elle aurait fait les choses autrement…

J’avais choisi ce livre car j’avais beaucoup aimé Les Radley du même auteur. Le sujet est tout autre car il s’agit ici de méditer sur nos choix de vie. Qui serait-on si on avait fait tel choix plutôt qu’un autre ? Si on avait la possibilité de revenir sur nos regrets ? C’est cette expérience originale que va avoir Nora mais il n’est pas facile de savoir si chaque vie qu’elle expérimentente, est vraiment celle souhaitée. Matt Haig déstatibilise parfois par moments : l’arrivée dans une nouvelle vie sans en connaitre totalement l’antériorité est toujours assez cocasse. Il y a de la matière car Nora a de nombreuses passions, ça donne des vies étonantes ! (mais ne complexez pas) J’ai aimé cette lecture rafraichissante qui fait réfléchir sur notre vie, nos décisions et l’avenir qui en découle.

Amandine

Les Filles Du Samouraï

Maya Snow

4 tomes

Genre : Aventure

Dans le Japon du XIIIème siècle, Kimi et Hana sont les filles du jito (un représentant de l’empereur), Yoshijiro noYamamoto. Un jour, leur père va emmener ses deux grands frères visiter la province pour préparer sa relève. Il demande donc à son frère Hidehira de garder la maison. Mais l’oncle de Kimi, lui en voulant toujours d’avoir été choisi comme jito, l’assasine froidement ainsi que ses deux grands frères pour prendre le pouvoir. Heureusement sa mère, son petit frère, sa soeur et elle parviennent à s’échapper mais pas ensemble. Avec sa soeur, elles rentrent dans une école de samouraïs en tant que serviteurs. Dans un seul but :

SE VENGER !!!!!

J’aime cette série parce qu’on ressent les émotions des héroïnes. J’aime les histoires où l’héroïne est la narratrice. J’aime aussi les samouraïs et le Japon. J’en suis au tome 3!

Noémie

American Elsewhere

Robert Jackson Bennett

Genre : Science-Fiction

Quand Mona Bright débarque à Wink, petite ville du Nouveau-Mexique, elle découvre une ville assez calme mais rapidement, elle se rend compte que dans cette ville qui n’apparait sur aucune carte, se produit son lot d’évenements inquiètants. Est-ce que ces épisodes présents et passés ont un lien avec la mort de sa mère ?


Sacré pavé que ce roman ! Le lecteur reste longtemps dans le flou avant de comprendre ce qui se cache dans cette ville de Wink. Les frontières du temps sont assez floues, on peut retrouver un bout de passé en ouvrant une porte. Il y a un peu du Stephen King avec cette noirceur, cette ville et ses habitants (un peu comme Castle Rock pour les connaisseurs) mais il y a aussi l’originalité de Robert Jackson Bennett, son ambiance oppressante, ses révélations surprenantes. Mona Bright a un sacré caractère (même si elle jure un peu trop à mon goût) et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Difficile d’en dire plus sans dévoiler une bonne partie de l’intrigue mais j’ai beaucoup aimé ce roman noir qui navigue entre les genres (science-fiction, policier entre autres). Il souffre d’un peu de longueurs au début (plus de 900 pages en format poche) mais une fois dedans, on a du mal à en ressortir !

Amandine

Survivants

Erin Hunter

Genre : Littérature jeunesse

2 cycles de 6 livres (seul le premier cycle est traduit)

Lucky, un bâtard aux poils dorés, s’est toujours débrouillé seul dans la ville. Tous les autres chiens vivent avec les deux-pattes (les Humains) ou en meute. Il était très heureux de ne dépendre de personne. Un jour, il se fait capturer par la fourrière. Mais advient alors le grand grognement (tremblement de terre). Grâce à cela, le voilà de nouveau libre. Mais la ville est toute détruite, pourra-t-il y rester ?

J’ai aimé ce livre car le personnage principal est un chien. Il va rencontrer d’autres canidés, nouer de belles amitiés. Ils vont s’aider pour survivre dans ce monde plein de dangers. Il y a beaucoup de suspens, difficile de poser le livre. Et même s’il y a beaucoup de scènes tristes, elles valent bien celles heureuses ! Le premier cycle de cette série contient 6 tomes (j’ai lu les 4 premiers).C’est une de mes séries préférées.

Pétillante Noémie

La Quête des Ours

Erin Hunter

Genre: fantastique / merveilleux

2 cycles de 6 tomes (12 tomes parus)

Lusa, petite ourse noire vit dans un zoo du Québec et se lasse vite de faire tout le temps les mêmes jeux : elle rêve d’explorer le monde extérieur. Kallik jeune ourse polaire vit avec sa mère Nisa et son frère Taqqiq, mais voilà qu’un jour elle doit quitter la glace avant l’heure parce que celle-ci fond. Toklo, un bébé grizzli vit dans la forêt avec sa mère Oka et son frère Tobi qui est malade. Il a de moins en moins de nourriture à cause de son territoire rétréci chaque jour par l’homme. Trois oursons unis pour un seul et même destin, sauver la … NATURE !!!

J’ai choisi ce livre car j’avais lu La guerre des clans de la même auteure (Erin Hunter est en fait quatre personnes) et que j’adore cette série. J’aime beaucoup cette série parce qu’on ressent les émotions des oursons et qu’on peut facilement se mettre à leur place. Quand je lis Erin Hunter, je suis sûre de lire un roman avec des animaux, de l’aventure et de l’action. Lusa est ma préférée parce qu’elle est plus gentille et douce. Par contre, je n’ai pas aimé les « Museaux -Plats » (les humains).

C’est aussi bien que la Guerre des Clans. Pour ceux qui ont aimé cette série, n’hésitez pas !

Noémie

Boule de Suif

Guy de Maupassant

Genre : Nouvelle réaliste (~50 pages)

La victoire de la guerre franco-prussienne de 1870 penche rapidement du côté des allemands. Les troupes françaises rentrent à Rouen suivis par celles ennemies qui s’installent dans les logements de la ville. Un groupe de dix personnes décide de quitter Rouen pour Le Havre : M. et Mme Loiseau, des marchands de vin ; M. Carré-Lamadon, un manufacturier de coton, et sa femme ; Le Comte et la Comtesse Hubert de Bréville ; deux religieuses ; Cornudet le démocrate et Boule de Suif, une prostituée patriote (elle a déjà essayé d’étrangler deux soldats prussiens).

La voiture avance très lentement, à cause de la neige, et on arrive à Tôtes le soir, alors qu’on devait y déjeuner. Mais l’officier allemand exige que Boule de Suif vienne le voir dans sa chambre sans quoi il ne les laissera pas partir. Elle refuse catégoriquement. Peu à peu, au cours du séjour, les voyageurs tentent de la convaincre par divers moyens, pressés de rejoindre leur destination. Mme Carré-Lamadon dit même « qu’elle refuserait celui-ci moins qu’un autre. » Ils n’hésitent pas à faire, surtout Loiseau, des blagues de mauvais goût. Je vous laisse imaginer la suite…

Cette histoire contient beaucoup de suspens et nous fait ressentir de l’inquiétude. L’auteur critique les bourgeois, les nobles, les religieuses… qui se liguent tous et ne montrent aucun respect contre une personne du très bas peuple. Ce roman rappelle aussi le contexte historique, et l’autorité des gens d’armes. 

 Les descriptions prennent leur temps, néanmoins, on peut aimer cette nouvelle pour son calme, qui crée une alternative aux romans d’actions et d’aventure. Mais on ne sait jamais quand l’histoire va finir.

Comme beaucoup de classiques se trouve sous beaucoup d’éditions à petit prix.

Mathias

Histoire de la vie éternelle

Jake Wolff

Genre: Littérature américaine

A Winterville, en Caroline du Nord, Conrad Aybinder, 16 ans, petit génie de sciences, est dévasté quand il apprend que Mr Sammy Tampari, son professeur de sciences, s’est suicidé. C’était son amant et il n’y avait aucun signe apparent qu’il allait mettre fin à ses jours. Il lui a laissé ses journaux intimes à Conrad. Il apprend alors que Sammy cherchait à fabriquer l’élixir de vie éternelle.


C’est une histoire à tiroirs, avec Conrad, on découvre la vie du jeune Sammy avec ses journaux. À huit ans, un événement marquant lui fera s’intéresser à ce fameux élixir. Nouvelles ramifications, on remonte dans le temps pour faire connaissance avec des médecins et savants qui étaient aussi fascinés par ce fameux graal. Au fil des ans, Sammy grandit mais est toujours impliqué dans sa recherche. Conrad redécouvre son amant par ses carnets. Une quête à plusieurs niveaux passionnante même si le jargon scientifique pourrait en rebuter certains. C’est une aventure aussi bien dans le temps que dans le monde (États-Unis, Angleterre, Chine…). Une conclusion est laissée au lecteur sur l’origine du véritable mal-être de Sammy, même si elle est assez évidente à deviner à la fin. J’ai regretté que Conrad ne fasse pas plus partie de l’histoire, l’histoire d’amour est bien vite balayée, on n’a pas une vision de Sammy sur celle-ci, c’est un peu frustrant même si on pourrait penser que ce n’est qu’une banale amourette.


Un roman très agréable à lire cependant, on voyage dans le temps, on fait des potions « magiques » mais surtout c’est une recherche continuelle de la solution miracle qui soigne toutes les maladies qui nous prennent nos êtres chers. A découvrir !

Amandine

%d blogueurs aiment cette page :